Faut-il lire Evaluer un scénario d’Yves Lavandier ?

Pour ce deuxième article de la série consacrée aux livres sur la dramaturgie, j’ai décidé de parler d’un livre qui a changé la façon dont je lis les scénarios et je donne mon avis sur eux.

1/ Faut-il absolument lire Evaluer un scénario ?

Si vous êtes amené à lire les scénarios d’autres auteurs et à rédiger (ou non) des fiches de lecture, cet ouvrage est fait pour vous. D’une part, c’est le seul ouvrage que je connaisse à traiter du sujet. D’autre part, il vous aidera à laisser de côté le diagnostic pour vous concentrer sur les symptômes.

En effet, lorsqu’on est auteur et qu’on lit un scénario, il peut être difficile de se détacher :

  • de ses propres goûts,
  • des outils que l’on connait et qu’on a l’habitude d’utiliser.

Ainsi, à la place de donner son avis sur une histoire, on finit par faire une liste de changements à réaliser. Or, Lavandier nous apprend qu’il est plus intéressant pour un auteur de connaitre les symptômes que de recevoir une liste de correction à apporter. Pour remédier à ce problème, il nous invite à nous concentrer sur ce que nous ressentons à la lecture et c’est très efficace.

Je trouve que tout scénariste devrait avoir lu cet ouvrage, car chaque auteur sera amené un jour à donner son avis sur une autre oeuvre.

2/ Qu’apporte l’utilisation de la méthode proposée par Yves Lavandier ?

En tant que lecteur, vous allez permettre à l’auteur de comprendre ce que ressent le spectateur à des moments clés de son histoire. Il saura alors s’il a obtenu l’effet escompté ou non.

Personnellement, je pousse parfois la méthode assez loin au point de commenter directement le scénario d’un auteur et de lui rendre telle quelle, sans plus d’analyse. Certains sont un peu décontenancé mais d’autres prennent conscience des attentes et des sentiments du spectateur, ce qui est extrêmement riche pour réécrire son histoire.

Vous verrez que les auteurs accepteront d’autant plus facilement vos retours car ils sont basés sur un ressenti et non sur de la technique. De plus, vous allez plus facilement identifier ce qui relève des goûts et des couleurs.

Si à plusieurs passages d’une histoire, vous indiquez que vous n’appréciez pas ce genre de procédés, vous savez que ce sont vos goûts qui entrent en ligne de compte.

3/ Conclusion : pour quel auteur et quel projet ?

Pour tous. Ce livre est un incontournable.

Emilie Bottini